Retour à l'Espace Pro

2021

2020

2019

2018

2017

2016

2015

2014

VHC, prise en charge thérapeutique et suivi de l’ensemble des personnes infectées

publié le : 24 octobre 2016

vhc-prise-en-charge

Consultez le rapport des recommandations 2016 sur la prise en charge thérapeutique et le suivi de l’ensemble des personnes infectées par le VHC.

points forts:

  • 230 000 personnes sont atteintes d’une infection chronique par le VHC (InVS, 2004)
  • 75 000 personnes infectées par le VHC ne sont pas encore dépistées
  • Il est recommandé que le dépistage de l’infection par le VHC soit réalisé dès 2017 chez l’ensemble des adultes (dépistage « universel »). Le dépistage doit être au minimum annuel chez les utilisateurs de drogue par voie IV.
  • En cas de sérologie VHC de dépistage positive, une sérologie de contrôle associée à la recherche de l’ARN viral doit être prescrite. Si l’ARN viral est négatif, il s’agit d’un contact ancien avec le virus suivi d’une guérison. Néanmoins, chez les patients exposés à un ou plusieurs facteurs de risque au cours des mois précédents le dépistage, une nouvelle recherche de l’ARN du VHC devra être réalisée six mois plus tard.
  • En cas de positivité de l’ARN du VHC, le médecin généraliste peut prescrire sans attendre: NFS, bilan hépatique, une échographie abdominale, un génotypage du VHC, une sérologie VHB (3 marqueurs systématiquement: Ac anti HBc, Ag HBs, Ac anti HBs), sérologie HIV, un test d’évaluation non invasive de la fibrose hépatique. Si la sérologie VHB est négative, une vaccination doit être proposée au patient.
  • Le personnel infirmier doit être formé à la prise en charge des patients atteints d’hépatite C.
  • Les patients doivent être sensibilisés aux comorbidités éventuelles (alcool, tabac, excès pondéral, diabète), aux facteurs de risques de contamination par le VHC et aux dangers de l’automédication.
  • Au cours du traitement par antiviraux directs et en cas de doute de l’observance, une recherche de l’ARN du VHC peut être utile à quatrième semaine (S4).
  • Le bilan après la fin du traitement doit comprendre une recherche de l’ARN du VHC à S12 après l’arrêt du traitement, et à S48 afin de détecter une rechute tardive.

Rappel: le dépistage du VHC est basé sur une sérologie initiale, en cas de positivité, la sérologie doit être confirmée par une technique complémentaire différente de la première et effectuée sur un deuxième prélèvement différent de celui qui a permis le dépistage. Ce test de confirmation peut être avantageusement associé à une recherche de l’ARN du VHC par PCR.