Retour à l'Espace Pro

2021

2020

2019

2018

2017

2016

2015

2014

Changement dans le remboursement de certains actes : évolution de la NABM

publié le : 21 septembre 2019

Depuis le 20/09/2019, des modifications ont été apportées dans la prise en charge des actes suivants : les changements impliquent de préciser le contexte clinique sur les prescriptions. Hors prescription explicite et mention des contextes cliniques, certains examens ne sont plus pris en charge par la CPAM.

 

  • Clostridium difficile
    • La recherche de Clostridium difficile est systématique chez les patients de plus de 65 ans et pour les patients hospitalisés. La recherche sera effectuée également dans le cas d’une antibiothérapie ou d’une hospitalisation dans les 2 mois qui précèdent l’épisode de diarrhée.
    • Merci de préciser le contexte sur vos prescriptions ou sur les fiches de transmission de prélèvement.
    • référence : joe_20190831_0202_0017

 

  • Urée
    • La prise en charge de cet examen est limitée, sur prescription explicite, aux contextes cliniques suivants :
      • sujets dialysés,
      • évaluation nutritionnelle dans une insuffisance rénale chronique,
      • insuffisance rénale aiguë.
    • Merci de préciser le contexte sur vos prescriptions.
    • référence : joe_20190829_0200_0009

 

  • Albuminurie (µalbuminurie)
    • La prise en charge de cet examen est limitée, sur prescription explicite, au suivi thérapeutique:
      • sujets diabétiques,
      • hypertension artérielle,
      • maladie rénale chronique et lors de la prise de médicaments néphrotoxiques.
      • Dans les autres cas, une protéinurie sera pratiquée.
    • Merci de préciser le contexte sur vos prescriptions.
    • référence : joe_20190829_0200_0009

 

  • EBV
    • Le contexte de recherche d’une immunité ancienne implique la recherche exclusive des IgG (anti VCA et anti EBNA), en cas de recherche d’une infection en cours, les IgM seront recherchés (anti VCA) :

      • En cas de suspicion de primo-infection à EBV : Ac anti-VCA IgG + IgM + Ac anti-EBNA IgG.
      • Recherche du statut immunitaire EBV dans les contextes suivants : Ac anti-VCA IgG + Ac anti-EBNA IgG.
        • la greffe (chez le donneur et le receveur avant greffe),
        • avant mise sous traitements fortement immunosuppresseurs.
    • Merci de préciser le contexte sur vos prescriptions.

 

  • Chlamydia trachomatis
    • Les actes  sont pris en charge, sur prescription explicite, dans les cas suivants :
      • Selon le comportement sexuel: en cas de rapport sexuel anal et/ou pharyngé : rechercher C. trachomatis et N.gonorrhoeae dans les deux ou trois sites: association prélèvements génital, rectal, et/ou pharyngé.
      • Si la symptomatologie clinique fait évoquer une arthrite réactionnelle, rechercher C. trachomatis dans deux ou trois sites : génital, conjonctival, articulaire.
      • Dans l’exploration d’une infection haute, rechercher les deux bactéries au niveau du col, et/ou du haut appareil génital (endomètre, liquide de Douglas, biopsie des trompes, par exemple): un ou deux sites.
      • Dans l’exploration d’une épididymite d’une prostatite, d’une infertilité d’origine masculine: rechercher les bactéries dans le premier jet d’urine et dans le sperme.
      • Dans l’exploration de la lymphogranulomatose vénérienne (LGV), rechercher C trachomatis dans le ganglion satellite et les éventuelles ulcérations.
    • référence : joe_20190831_0202_0017

 

  • Herpes
    • La recherche des IgG est limitée à :
      • la définition du statut immunitaire avant mise sous traitement fortement immunosuppresseur notamment chez les receveurs de greffe,
      • la recherche des IgG anti-HSV-1 et -2 spécifiques de type, en précisant que cette recherche est réalisée dans le contexte de premier épisode d’herpès génital au cours de la grossesse ou à l’accouchement.
    • Détection du génome et typage de l’Herpès simplex 1 et 2, la prise en charge de cet acte est limitée aux situations suivantes :
      • Primo-infection génitale chez femme enceinte, atteintes cutanéomuqueuses atypiques.
      • Atteintes oculaires pouvant évoquer une infection par HSV (rétinite, kérato-conjonctivite, bilan d’uvéite).
      • Atteintes neurologiques (méningo-encéphalites) (en cas de forte suspicion clinique et de négativité de cet examen, la recherche peut être répétée sur un second LCS prélevé quelques jours plus tard, même chez un patient déjà traité.).
      • Atteintes viscérales, notamment hépatite sévère (recherche dans le sang), pneumopathie chez un patient immunodéprimé ou un patient en réanimation.
      • Chez la femme enceinte: en cas de lésions cutanéo-muqueuses lors de l’accouchement.
      • Chez le nouveau-né (conjonctives, oropharynx, fosses nasales, LCS, sang) en cas de situation à risque d’herpès néonatal.
    • Merci de préciser le contexte sur vos prescriptions.
    • référence : joe_20190111_0009_0018

 

  • Varicelle zona
    • La recherche des IgG est limitée à la détermination du statut immunitaire dans les contextes suivant :
      • femme enceinte en contact avec une personne atteinte de varicelle,
      • candidats à la vaccination,
      • avant traitement immunosuppresseur au long cours.
    • Recherche directe de VZV par amplification génique, la prise en charge de cet acte est limitée aux situations suivantes :
      • Atteintes cutanées atypiques, ou chez l’immunodéprimé, notamment en cas de doute sur le pathogène responsable (HSV ou VZV).
      • Atteintes oculaires (rétinite, kérato-conjonctivite, autres inflammations oculaires).
      • Atteintes neurologiques. 4) Atteintes sévères (pneumopathies, hépatites, pancréatites, infections disséminées).
      • Suspicion de transmission maternofoetale.
    • Merci de préciser le contexte sur vos prescriptions.
    • référence : joe_20190111_0009_0018

 

  • CMV
    • La recherche des IgG est limitée à la détermination du statut immunitaire dans les contextes suivant :
      • greffe d’organes, de cellules souches et de tissus (chez le donneur et le receveur avant la greffe),
      • avant mise sous traitement immunosuppresseur au long cours,
      • dans le diagnostic rétrospectif d’infection congénitale à CMV chez la mère.
    • La recherche des IgG et des IgM est limitée à la détermination du statut immunitaire dans les contextes suivant :
      • suspicion d’infection récente,
      • chez la femme enceinte, en cas de signes cliniques ou biologiques évocateurs ou d’anomalies échographiques,
      • chez le donneur de gamète avant le don.
    • Détection-quantification du génome du cytomégalovirus, la prise en charge de cet acte est limitée aux indications suivantes :
      • les receveurs d’allogreffes,
      • les patients immunodéprimés séropositifs vis-à-vis du CMV sous immunosuppresseurs ou au cours d’une immunodépression primitive ou induite,
      • les patients porteurs de maladies inflammatoires,
      • en cas de suspicion d’infection congénitale à CMV, dans les urines ou la salive du nouveau-né, le prélèvement devant être réalisé dans les 3 premières semaines de vie.
    • Merci de préciser le contexte sur vos prescriptions.
    • référence : joe_20190111_0009_0018

 

  • Hépatite B

Les examens réalisés sont dictés par les contextes cliniques suivants :

    • Dépistage et/ou diagnostic d’une hépatite B : antigène HBs + anticorps anti-HBc + anticorps anti-HBs.
    • Contrôle de guérison : antigène HBs + anticorps anti-HBs
    • Détermination du statut immunitaire dans le cadre d’une vaccination : Dosage des anticorps anti HBs
    • Surveillance de la grossesse : antigène HBs
    • Détection-quantification de l’ADN du VHB : La prise en charge est limitée aux indications suivantes :
      • mise en évidence d’une réplication virale,
      • bilan pré thérapeutique,
      • surveillance thérapeutique,
      • cytolyse inexpliquée, suspicion d’hépatite occulte,
      • imputabilité du VHB au cours d’une hépatopathie ayant plusieurs causes possibles,
      • diagnostic de l’infection chez un enfant né de mère infectée par le virus de l’hépatite B.
    • Merci de préciser le contexte sur vos prescriptions.
    • référence : joe_20190111_0009_0018

 

  • Hépatite C

Détection-quantification de l’ARN du VHC, les indications sont limitées aux situations suivantes :

    • En cas de sérologie VHC positive :
      • mise en évidence d’une réplication virale,
      • diagnostic de l’infection chez un enfant né de mère infectée par le virus de l’hépatite C,
      • évaluation de l’efficacité thérapeutique,
      • imputabilité du virus de l’hépatite C au cours d’une hépatopathie ayant plusieurs causes possibles,
      • bilan pré-thérapeutique des hépatites C,
      • suivi thérapeutique des hépatites C.
    • En cas de sérologie VHC négative:
      • hépatopathie aiguë d’étiologie indéterminée après élimination des autres causes possibles d’hépatites (virales, toxiques, médicamenteuses et métaboliques),
      • hépatopathie chronique d’étiologie indéterminée après élimination des autres causes possibles d’hépatites (virales, toxiques, médicamenteuses et métaboliques), en particulier sur certains terrains tels que les sujets immunodéprimés, sujets transplantés et sujets hémodialysés,
      • exploration d’une maladie systémique pouvant être associée au virus de l’hépatite C,
      • diagnostic précoce lors d’un risque de contamination par le virus de l’hépatite C après piqûre lors d’un prélèvement biologique ou d’une injection (si le sujet contaminant est infecté par le virus de l’hépatite C ou à un statut sérologique inconnu).
    • Prise en charge des couples sérodifférents vis-à-vis de l’hépatite C en vue d’une assistance médicale à la procréation
    • Merci de préciser le contexte sur vos prescriptions.
    • référence : joe_20190111_0009_0018

 

sources : journal officiel de la république française, NABM, AMELI